monde

Le Monde

MUSIQUE. TANCRÈDE. PARIS. Avec sa voix de baryton velouté, il rappelle le Gainsbourg d'avant le tabac et l'alcool, le physique de jeune premier romantique en plus. Avec ses textes tirés au cordeau du non-conformisme, il s'inscrit dans la filiation de Georges Brassens et de Boris Vian. Avec ses musiques itinérantes arrangées par Roland Romanelli, il passe évidemment pour un fils de Barbara. En dépit de ces multiples références, Tancrède n'est pas un auteur-compositeur-interprète rétro, mais bien un chanteur d'aujourd'hui au rayonnement décalé. A découvrir dans un concert mis en scène par Stéphan Druet, autre trentenaire décapant.

monde

Le Figaro Magazine

TANCRÈDE Chanson « Tancrède », ULM/Universal. En concert à La Cigale le 25 janvier. Des accents à la Leny Escudero, des textes léchés, des musiques très ciselées, voici Tancrède chanteur de charme français et fier de l'être. Un type de chanson très réconfortant, et pourtant presque saugrenu dans le paysage actuel. Presque trop bien comme il faut. Sur scène, le personnage est délicat, attentionné, élégant. Du grand art.

monde

Le Figaro

Tancrède à la Cigale CHANSON. Le jeune chanteur Tancrède se produira ce mercredi à la Cigale (tél. : 01.49.25.89.99). Déjà remarqué il y a quelques années avec l'album autoproduit Passionnément mais pas trop, il s'est révélé au grand jour avec l'album Tancrède paru il y a quelques mois (chez Amazing-Universal). Belle personnalité d'ironiste sentimental, Tancrède appartient à une génération de chanteurs qui naviguent avec le cœur léger dans les dédales du monde d'aujourd'hui, sans oublier jamais les leçons, par exemple, de Barbara. D'ailleurs, c'est en compagnie de l'accordéoniste fidèle de la « Longue Dame brune », Roland Romanelli, qu'il chante à la Cigale puis en tournée.

monde

Figaroscope

Tancrède Cet artiste attachant n'a pas son pareil pour faire passer un joli frisson d'émotion dans la salle. Entre tendresse et autodérision, il distille d'une voix suave des histoires d'amour intemporelles sur des rythmes qui vont de la ballade au folk en passant par des sonorités hispanisantes. Il est dirigé par l'excellent Roland Romanelli. A voir donc ! La Cigale, le 25 janv.

monde

Le Monde de la Musique

Tancrède. Depuis quelques années, le nom de Tancrède court le milieu des passionnés de la chanson, annonçant une personnalité singulière dans des formes classiques. Voici enfin son premier album, qui ne cache pas la marque de ses maîtres, de la lignée Trenet-Brassens-Sylvestre (Le Parachutiste, bon conte heureux) pour la langue ouvragée, l'autodérision, la précision de la forme, jusqu'à Faxe Lernarque-Bart pour la façon d'insérer l'éternel dans l'instant (Ames seules, plutôt habile variation sur les amours virtuelles). Avec des inflexions de voix qui font penser au Gainsbourg des premiers albums, il sait mettre en scène les mouvements du coeur avec des couleurs tranchées. La personnalité est attachante, les chansons solides, les arrangements soignés. On devrait en entendre parler, BERTRAND DICALE

monde

Paris-Match

Tancrède du barreau au micro. Ce jeune Parisien aime l'intemporel. Tancrède ne cherche ni à suivre la dernière tendance ni à composer avec le dernier parolier branché. Ancien mannequin (qui possède aussi son diplôme d'avocat), Tancrède a lâché les podiums pour se consacrer à la chanson en 1999, sa passion d'enfance. Six ans plus tard, après s'être longuement frotté aux joies de la scène et aux galÈres de l'autoproduction, il vient de sortir un premier album sincère, influencé par Barbara ou Yves Montand. On découvre, tout au long de ses douze chansons, un univers bien trempé, évoquant les malheurs du quotidien, les rencontres sur Internet ou les imbéciles heureux. Avec sa voix grave et chaleureuse, il laisse passer un sentiment de douceur. Sensible et envoûté, il commence à traîner derrière lui une foule de fidèles qui reprennent déjà ses textes en choeur. La consécration n'est plus très loin...

monde

JDD

Tancrède. Tout juste trentenaire, après avoir été mannequin pour boucler ses fins de mois, Tancrède est aujourd'hui auteur-compositeur-interprète d'un jeune répertoire qui séduit tant sur disque que sur scène, et qui sera pour la première fois à l'affiche de la Cigale ce mercredi.

monde

Chanson Mag n°1

Tancrède. En plein rêve... «On comprend bien s'il est en retard constamment / Qu'il le soit aussi sur les musiques de son temps», extrait de votre chanson En retard. Avez-vous dû souvent justifier ce choix artistique ? Cette phrase est une boutade, parce que c'est vrai que c'est quelque chose que j'ai entendu, qui n'est pas méchant d'ailleurs et qui m'a amusé. Il est vrai qu'il y a encore cinq ans, j'étais un ovni, mais avec cette vague de chansons à textes, les médias s'y sont faits ! Je ne suis pas le seul à promouvoir ce genre de chanson, j'ai des alliés qui proposent des chansons dont les textes sont plus écrits que dans la variété. En fait, on me le demande de moins en moins. De plus, le dire soi-même sur le ton de la dérision permet d'éviter que les autres s'y empêtrent. le comprends l'impression qu'on peut avoir quand on n'a pas cette culture de chanson et que l'on écoute ce qu'il y a à la radio toute la journée. Je continue à faire quelque chose qui n'a jamais disparu. On a dit la même chose à propos de Juliette. Non, on ne ressuscite rien, c'est juste que certaines personnes ne le savaient pas parce que les médias n'y donnaient pas accès comme maintenant. Parlez-nous un peu de votre parcours... J'ai commencé le piano assez jeune. Très tôt, j'ai eu envie de marier des mots aux notes qui en sortaient, il nie fallait chanter en même temps. l'ai donc écrit des petits textes très enfantins sur les musiques que j'apprenais, des classiques. Puis j'ai grandi, mes chansons sont devenues un peu plus sérieuses. Un jour, j'ai eu une quinzaine de chansons que je gardais très clandestines. l'étais très pudique et je me disais que cela ne pouvait intéresser personne. Mais je ne sais pas pourquoi, j'ai décidé de faire un concert devant une cinquantaine d'amis qui ignoraient tout, je les ai réunis dans une petite salle de spectacle près de chez moi, je me suis mis au piano et j'ai fait mon premier récital. A ma grande stupéfaction, non seulement j'ai adoré faire ça alors que je pensais que cela allait être un cauchemar et que j'allais quitter la scène au bout de deux minutes, mais les gens m'ont dit «c'est génial, il faut continuer 4. j'ai attrapé le virus de la scène, organisé un deuxième concert avec les amis des amis et, de fil en aiguille, les dates se sont multipliées un peu partout en France. Les médias sont venus relayer tout ça et voilà Même si j'en mourais d'envie, cela s'est quasiment fait malgré moi... Vous n'avez pas commencé dans l'optique d'aborder une carrière ? Non, j'avais des chansons et j'ai eu envie de les faire partager comme ça, pour voir. Puis c'est devenu un déclic, un coup de foudre. le me suis dit «Mais c'est pas possible ! C'est ça que j'aime, écrire des chansons, les faire partager en les chantant». Quel est votre rapport à l'écriture ? C'est assez omniprésent, le réfléchis toujours à un thème, une idée. En revanche, je n'écris pas tout le temps. C'est seulement quand j'ai une idée un peu avancée dans ma tête que je l'écris. Ça prend du temps. J'écris, je réécris, je déchire, je brûle, je m'énerve ! Faites-vous partie de ceux pour qui c'est une souffrance d'écrire ? Quand ça ne vient pas, oui, c'est très douloureux. Quand les mots veulent sortir, riais qu'ils ne viennent pas, c'est un peu comme un accouchement, enfin... j'imagine ! En revanche, dès que la bonne idée arrive, on ressent un plaisir immense. La composition intervient à quel moment ? Avant, pendant, après, il n'y a pas vraiment de règle. le peux avoir une musique écrite au piano et je cherche mes mots, avoir une phrase musicale avec une idée de texte et je construis la chanson autour de ça, mais je peux aussi bien A l'écoute de cet album éponyme, VOU5 reconnaîtrez d'abord l'accordéon de Roland Romane'''. Vous serez également frappé par une voix grave qui sait raconter des histoires toutes aussi délicieuses, c'est celle de notre auteurcompositeur-interprète qui inaugure cette rubrique : Tancrède. Il est beau et intelligent, mais aussi et surtout talentueux et généreux. Propos recueillis par Maritta Ceez. « A la fin du concert, j'étais dans la loge et la porte s'ouvre. Je vois entrer Roland Romanelli » Chanson enog • 47 écrire un texte en entier parce que je suis dans un endroit où il n'y a pas de piano ou parce que c'est un moment où je n'ai pas d'inspiration... le n'ai pas de méthode. D'où vous vient cette passion pour la chanson française ? Avez-vous été bercé par tous ces «maîtres chanteurs» ? [Rires I j'ai eu la chance d'avoir des parents très mélomanes qui m'ont fait écouter du classique, du jazz, de la variété, de la chanson française.. Mais c'est elle qui m'a plu tout de suite, qui m'a inspiré et fait vibrer. Ça ne s'explique pas vraiment. Et aujourd'hui, qui écoutez-vous ? j'écoute un peu de tout parce que l'aime la chanson en général. Donc ça peut aller de Michel Polnareff à Manu Chao par exemple, Et bien sûr, tous [es artistes d'aujourd'hui m'intéressent, j'aime beaucoup Bénabar, juiiette, Lynda Lemay.., et les grands d'hier. Enfin.., d'hier, ils sont toujours très présents dans les rayons et vendent très bien 1 C'est aussi ce qui me fait rire pour en revenir à la première question, car que ce soit Brassens, Barbara, Brel ou Ferré, leurs ventes se portent bien, ne vous inquiétez pas ! Alors me dire et vous ressuscitez la chanson française »„, Qu'est-ce que cela représente pour un jeune artiste de travailler face à Roland Romanelli qui, rappelons-le, a travaillé 20 ans aux côtés de Barbara ? C'est fou Mon manager, Guillaume de Lestrange, l'a invite, sachant pourtant qu'il ne va jamais aux concerts. Etant toujours sur scène, quand il a une soirée de libre, il la passe à autre chose. Mais il a dû être très persuasif car il a réussi à le faire venir ! A la fin du concert, j'étais www.tancrede.com dans la loge et la porte s'ouvre. Je vois entrer Roland Romanelli ! Les bras m'en sont tombés. Heureusement que je n'ai pas su qu'il était présent dans la salle, sinon, je crois que je n'aurais pas pu chanter. Il a été adorable, très simple comme le sont souvent les grands artistes. Il a été gentil, vraiment très abordable. Nous avons eu un bon feeling. On a fait des essais. Au début, j'étais un peu tendu, j'étais très impressionné par le personnage et me demandais ce qu'il allait en penser... Nous nous sommes revus, 1 a instauré une relation d'amitié, très paternaliste quand même ! C'est une merveille de travailler avec lui ! Je n'aurais jamais osé rêver qu'une chose pareille m'arrive. Merci Guillaume ! Oui, merci Guillaume ! Récemment encore, quand j'étais sur scène au piano, j'ai levé les yeux et rai vu à l'accordéon qui m'accompagnait. je me suis senti dans une espèce de rêve dont je ne me suis pas remis tout à fait d'ailleurs... J'ai lu dans un article que vous prépariez une opérette sur la télévision. C'est exact ? C'est plutôt une comédie musicale. Roland fera les arrangements évidemment ! Je travaille avec un metteur en scène extraordinaire qui s'appelle Stéphane Druet (Ta bouche). [1 s'agit d'une histoire assez légère sur le monde de la télévision dont les neuf personnages sont un peu loufoques, je n'ai pas totalement fini l'écriture, mais j'espère que nous pourrons commencer d'ici un an, un an et demi. Ce qui est amusant pour moi, c'est d'écrire pour des personnages et d'aborder des thèmes qui ne se prêtent pas à la chanson.

monde

Télé-Poche

Le parachutiste. Dans un jardin fleuri, non loin du Gave de Pau, Près d'un petit bassin qui jouait les grandes eaux, Elle était adossée à l'odorant tilleul, Bercée par le doux chant du vent dans les glaïeuls. Que Peut-il arriver de beau Dans un jardin du Gave de Pau ? Au-dessus du jardin, sur le ciel infini, Un étrange planneur flottait sans faire de bruit. Elle l'avait remarqué, et, depuis un moment, Jugeait que l'engin volait dangereusement. Que peut-il arriver de bon Lorsque l'on observe un avion? Il advint brusquement que l'oiseau de métal, Se détruisit contre un nuage monumental. Elle pensa au pilote et à sa fin si triste, Quand elle vit dans le ciel choir un parachutiste. Il descendait lentment vers le jardin fleuri, Il descendait douc'ment comme tombe la nuit, Il descendit si bas qu'il fallu à la fin, Qu'il tombât quelque part : ce fut dans le bassin. Que peut-il arriver de bien Lorsque l'on tombe dans un bassin ? Elle lui tendit la main afin qu'il se redresse, Et ressenti pour lui une infinie tendresse. Le ciel avait voulu qu'il rencontrât la belle, Et la chute — pensa-t-il — en valait la chandelle. Ils parlèrent longuement avant de s'embrasser, Et s'enlacèrent longtemps avant que de s'aimer. Si la belle de l'histoire est ma mère aujourd'hui, C'est parce que du ciel lui tomba un mari. Que peut-il arriver de beau Dans un jardin du Gave de Pau ? Dans le jardin fleuri, non loin du Gave de Pau, Près du petit bassin qui joue les mêmes eaux, Je contemple souvent les nuages du ciel, En songeant qu'un avion, un jour s'y pris les ailes... Le carnet intime ) Pseudo : Tancrède. ) Nom : Lehman. ) Prénom : Tancrède. ) Né le : 29/12/1977 à Paris. ) Signe astro : Capricorne. ) Vie privée: ) Qualité : connaît bien ses défauts. I Défaut: jamais à l'heure. Il aime : rire. / Il déteste : attendre. ) La musique qu'il aime : Gainsbourg, Barbara, Daho, Coldpiay et Offenbach. ) Film culte : Chicago. 11 Livre de chevet : «La conjuration des imbéciles» (J. K Toole). 7 Ce qu'il regarde à la TV : les films, les infos, le sport. Où le croiser : aux Batignolles (Paris XVII') et au Restaurant du marché (Paris XVI Projets/actu : La Cigale le 25, tournée en France, «Prêt à tout» (comédie musicale), printemps 2007. I Discographie : «Passionnément mais pas trop'> (2000 Postiche Prod) «Tancrède » (2005 ULM/Universal). www.tancrede.com tancrède

monde

Marie-Claire

QUATRE ROIS DE COEUR ET UN «JOKER» par Béatrice Gandy. Tancrède, le dandy multicarte. CV: avocat de formation et mannequin à ses heures, Tancrède, 30 ans, a troqué la robe pour la scène en 2003. Look: T-shirt blanc moulant exaltant son corps sculpté, Tancrède, qui a emprunté son nom à un opéra de Rossini, surfe sur l'image de Marion Brando version xxr siècle. Style: d'une voix androgyne à la Barbara, il recrée l'espièglerie d'Yves Montand, la langueur de Serge Gainsbourg à ses débuts. Humour, virtuosité au piano, poésie maniérée... son registre est large. Un artiste prometteur. Dommage que l'on entende trop l'accordéon. A écouter... sous la douche, tant que «Les pommes de douche ne font pas grève» (c'est une chanson).

monde

Virgin!

Phénomène inédit. Avant, pour se laver les oreilles de toutes les impuretés, il y avait les Coton-Tige. Maintenant, il y a Tancrède. C'est bien plus agréable... Tancrède est un jeune homme de 28 ans complètement anachronique. S'il faut lorgner quelque part, c'est vers Barbara, Brel, Brassens, Ferrat, Gainsbourg... «Je fais ce que j'aime écouter, mais vous savez, un chanteur qui apparaît sur la scène, comme ça, c'est un peu comme un enfant qui vient de naître. Chacun se penche sur son berceau pour lui trouver des ressemblances. C'est le père, la mère, la tante? Quand le bébé grandit au bout d'un moment, il finit par ne ressembler qu'à lui. .» Les chansons de Tancrède sont de jolies perles enfilées sur un fit d'or fragile et élégant. (Jolie image, je sais!) Quand on a comme réalisateur et arrangeur Roland Romanelli (vingt ans avec Barbara), il ne peut en étre autrement. Dans son disque. Tancrède se moque des gens qui s'aiment ostensiblement (les amoureux), explique pourquoi n'est pas ri avance sur les musiques de son temps (En retard). raconte comment ses parents se sont rencontrés. s'essaie à t'amour virtuel, décrit poétiquement le paysage syndical français. et présente une tète à claque imbue d'elle-même. De toi!... Et puis il y a la chanson sur le suicide, Vous qui songe ce soir, Un uppercut dans la gueule. Quand je la chante sur scène, les gens certainement touchés parce que concernés, quittent la salle. Cela arrive presque à chaque fois. Tancrède est un phénomène. Vous connaissez beaucoup de chanteurs, n'ayant qu'un disque autoproduit, tournant à guichet fermé ? Maintenant que ce garçon a signé dans une multinationale, je n'ose imaginer l'engouement du public. Tancrède est précieux, mais jamais ridicule. D'un autre temps, je vous dis

monde

Femme Actuelle

DEUX ALBUMS À ECOUTER... EN VOITURE Tancrède. Ancien avocat, il défend la cause d'une chanson française écrite au cordeau, entre l'humour d'une Lynda Lemay (Baby sitter) et la sensibilité d'une Barbara... Tout cela avec son charme tranquille et viril.

monde

Musique Info Hebdo

TANCRÈDE. Un artiste unique. Dans la lignée de ces chanteurs à textes qui touchent par leur sensibilité, Tancrède est un artiste à suivre de très près. Après plus de 300 concerts en quatre ans et un premier album autoprocluit, Passionnément mais pas trop, vendu (sorties de concerts et Internet) à plus de 12 000 exemplaires, Tancrède propose son second opus éponyme, dans les bacs le 12 septembre chez Amazing/ULIV1/Liniversal. Les médias sont de plus en plus conquis par le talent de cet auteur-compositeur- interprète qui ressuscite la chanson française avec subtilité. De nombreuses interviews et chroniques dans la presse (Le Nouvel Observateur, Figaro Magazine...), ainsi que des émissions radio et télévisées sont programmées. Après le succès de son concert donné en juin au Théâtre Le Mery, Tancrède entamera sûrement une tournée début 2006.

monde

Paru Vendu

L'INTEMPORALITÉ DE TANCRÈDE. De sa voix grave et profonde, Tancrède, dont nous avons déjà dit le plus grand bien dans nos colonnes, nous offre une interprétation dans son nouvel opus à l'image de sa personnalité, mêlant l'auto dérision, le goût des autres et les mots ciselés et burinés par l'envie de piquer juste. Tout au Long de l'album, Tancrède nous entraîne dans des bulles intemporelles où chacun retrouve un peu de son vécu: la maison que l'on quitte, L'exercice délicat d'une déclaration d'amour, Le hasard des rencontres avec, ici, des rythmes folk country, li, des sonorités espagnoles ou des accents de swing...

monde

Le Médecin généraliste

MUSIQUE La voix se fait un nom. À entendre ses mélodies, on pourrait croire qu'il n'est pas de sa génération, celle des trentenaires qui ravivent la chanson française. Des bancs de la fac de droit et du conservatoire au prétoire, cet auteur compositeur interprète n'a pas traîné dans une valse hésitation. On songe à Brassens, Barbara, Gainsbourg... et Roland Romanelli ne s'est pas trompé en prenant sous sa coupe, ce pianiste qui pose ses mots sur des notes. Subtil... Du style. Et une certaine allure aussi !

monde

ParuVendu.fr

Tancrède Et revoilà Tancrède pour notre plus grand plaisir. Un artiste rare et authentique, amoureux des mots et des beaux textes qui ressuscite la chanson française comme personne. Ses références vont vers Brassens, Brel ou Bécaud, excusez du peu ! À son actif, un subtil. cocktail de poésie, de mélancolie, d'amour et de réalisme que l'artiste se plaît à transmettre aux spectateurs de plus en plus nombreux à chacun de ses concerts. Tancrède, que nous avions déjà rencontré vorci quelques mois, chante tout aussi bien les gens éternellement. en\ retard, qu'un parachutiste tombé du ciel qui épousa sa mère, ou les imbéciles heureux, les rencontres sur internet ou de son amour pour sa prof de chant... Tancrède est accompagné sur scène par Roland Romanelli, qui fut à La fois Le pianiste, le compositeur et,l'arrangeur de Barbara pendant plus de 20 ans. Tancrède, un artiste doté d'un certain sens du romantisme et de l'autodérision... À ne pas rater !

monde

Femme en Ville

Interview Bombe humaine. Artiste entré par la petite porte, Tancrède (nom emprunté aux chevaliers de la Table ronde) signe un premier album méritant le détour: «Jeune, je mettais des mots sur la musique que je composais. Les mots se sont transformés en chansons. Pour mon premier concert, tous m'ont encouragé. Grâce à Internet et au bouche-à-oreille, une maison de disques m'a finalement fait confiance et j'ai pu sortir mon premier album.» Réalisées et arrangées par Roland Romanelli (musicien de Barbara, notamment), les chansons jouent avec les mots pour retracer tes rencontres, parfois amères, en touches d'ironie et d'humour, avec des accents de vérité. «Je cherche mes textes à la faveur d'une lecture, d'un film, d'un moment vécu. Les gens s'y retrouvent, et tant mieux.» Atypique dans le show-biz, c'est en toute discrétion que Tancrède laisse un sillage remarquable, dans la lignée des Brel, Bénabar et Delerm.

photo_tancrede5

SAINT SÉBASTIEN